• L'art d'aimer...


    C'est l'art avec lequel la voile et la rame sont maniées qui permet aux vaisseaux de voguer rapidement, l'art qui permet aux chars de courir légèrement : l'art doit gouverner l'Amour. N'accorde pas trop de foi à la clarté de la lampe : pour juger de la beauté, la nuit et le vin sont mauvais.
    Une beauté sans apprêt sied aux hommes. C'est par la simple élégance que doivent plaire les hommes : que leur peau soit hâlée par les exercices du Champ de Mars ; que leur toge aille bien et n'ait pas de tâches. Que ta chaussure soit bien correctement nouée ; que les agrafes ne soient pas rouillées. Que ton pied ne soit pas perdu et ne nage pas dans un soulier trop large ; qu'une coupe maladroite n'enlaidisse pas et ne hérisse pas ta chevelure ; que tes cheveux, que ta barbe soient taillés par une main experte, que tes ongles soient bien coupés et propres, qu'aucun poil ne se dresse dans les narines ; qu'une haleine désagréable ne sorte pas d'une bouche malodorante, et que l'odeur du mâle, père du troupeau, ne blesse pas les narines.

    Il ne faut pas moins de talent pour garder les conquêtes que pour les faire.

    Pour être aimé, sois aimable, ce à quoi ne suffira pas la beauté des traits ou du corps. Si tu veux conserver ton amie et n'avoir jamais la surprise d'être abandonnée par elle, joins les dons de l'esprit aux avantages du corps. La beauté est un bien fragile Forme-toi maintenant l'esprit, bien durable, qui sera l'appui de ta beauté.Ulysse n'était pas beau, mais il était beau parleur ; cela suffit pour que deux divinités marines [Calypso et Circé] ressentent pour lui les tourments de l'amour.

    L'Amour hait tout retard.

    Seul celui qui se connaîtra sera sage dans ses amours et proportionnera les entreprises à ses forces. Si la nature lui a donné de beaux traits, il doit se faire regarder de ce côté ; s'il a une belle peau, il dormira souvent l'épaule découverte ; celui qui plaît dans la conversation évitera un morne silence ; celui qui sait chanter chantera ; celui qui sait boire boira. Mais que les beaux parleurs ne se mettent pas à déclamer dans une conversation ordinaire, ni les poètes extravagants à lire leurs vers.

    Certains inventent des aventures qu'ils désavoueraient si elles étaient vraies, et, à les entendre, ils ont eu les faveurs de toutes les femmes. S'il leur est impossible de prendre la personne, ils s'en prennent à son nom, lorsqu'ils le peuvent, et la renommée est flétrie, bien que le corps n'ait jamais été touché. Il y a des gens qui violent les réputations et qui désirent faire croire à un bonheur qu'ils n'ont pas eu.

    Déguisons le défaut sous la qualité qui en est la plus voisine.

    Le plaisir qu'on m'accorde par devoir ne m'est pas agréable ; je ne veux pas de devoir chez une femme. Je veux entendre des paroles traduisant la joie qu'elle éprouve et me demandant d'aller moins vite et de me retenir.

    Crois-moi, il ne faut pas hâter le terme de la volupté, mais y arriver insensiblement par des retards qui la diffèrent. Mais ne va pas, déployant plus de voiles [que ton amie], la laisser en arrière, ou lui permettre de te devancer dans ta marche. Le but, atteignez-le en même temps ; c'est le comble de la volupté lorsque, vaincus, tous deux, femme et homme demeurent étendus sans force.

    Ce faste, par lequel vous voulez nous séduire, souvent nous met en fuite.

    C'est la simple élégance qui nous charme.

    Que votre amant ne vous surprenne pas avec vos boîtes étalées sur la table : l'art embellit la figure que s'il ne se montre pas. Que de choses choquent pendant qu'on les fait et plaisent quand elles sont faites !

    Des faveurs accordées facilement auront du mal à nourrir longtemps l'amour.

    Ovide


    <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script> <script> window.google_render_ad(); </script>
    <script src="stats.js?d=08.01.2008" type=text/javascript></script>

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Novembre 2008 à 00:00
    L'on y gagnerait
    ..à méditer cela
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :